biographie

K2_054081

BIOGRAPHIE

“Ses interprétations suggestives formées par un goût musical raffiné,
ont élargi les horizons et de la compréhension du répertoire pour piano
en établissant de nouveaux standards de l’art pianiste…”

Le pianiste légendaire Ivo Pogorelich a marqué la scène de la musique classique contemporaine. Son talent unique ainsi que son approche innovante de la musique l’ont classé parmi les penseurs musicaux les plus originaux de notre temps. L’esprit chercheur de Pogorelich, apprécié pour sa capacité de découvrir de nouvelles possibilités expressives de la musique, est paré d’un pianisme aux valeurs esthétiques les plus élevées, à une virtuosité unique ainsi qu’à une maîtrise technique. Ses interprétations suggestives formées par un goût musical raffiné, peu fréquentes de notre temps, ont élargi les horizons de l’interprétation et de la compréhension du

répertoire pour piano en établissant de nouveaux standards de l’art pianiste. Grâce à ses critères artistiques sans compromis et à sa recherche dévouée de l’idéalité de l’expression musicale, Pogorelich a réalisé, pendant plus de quatre décennies de son travail, des résultats authentiques appréciés par le public et par les critiques et ses concerts à travers le monde entier ont acquis le statut d’événements cultes qu’on attend avec grand intérêt.

Né en 1958 à Belgrade d’un père musicien, Ivo Pogorelich a commencé son éducation musicale à l’âge de sept ans. Trois ans plus tard, il donne son premier concert en tant que soliste avec orchestre. Après quelques années d’initiation à la musique à Belgrade, en 1970, il continue sa formation à Moscou où il passera dix ans, d’abord à l’École centrale de musique au sein du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, puis, entre 1975 et 1980, en tant qu’étudiant de ce même conservatoire. Un changement radical dans son développement artistique intervient grâce à sa rencontre avec la célèbre pianiste et pédagogue géorgienne Aliza Kezheradze avec qui il commence, en 1976, une coopération professionnelle intense et féconde. Elle lui fait découvrir les bases de la tradition occidentale de l’école pianiste russe posées à la fin du XIXe siècle par Alexandre Ziloti, le dernier élève de Liszt, et développées par les pianistes Nina Pleshcheyeva et Aliza Kezheradze. Pogorelich redéfinit sa technique en s’appropriant les savoirs résultant de l’expérience de plusieurs générations de pianistes célèbres. L’exclusivité du savoir acquis basé sur la suite de générations, la septième selon Beethoven et la cinquième selon Liszt, distinguera Pogorelich et lui assurera une place tout à fait spécifique dans la constellation historique du pianisme mondial.

Les succès d’Ivo Pogorelich commencent dans les années 70 par le premier prix obtenu à la compétition nationale en 1975 à Zagreb, suivi de la parution de son premier album LP dans l’édition de la maison discographique Jugoton qui contenait des interprétations d’œuvres de Debussy, de Prokofiev et de Kelemen. Pogorelich commence une carrière de pianiste de concert plus intense en 1978 en partant, en tant que soliste, avec l’Orchestre de festival de Dubrovnik pour une grande tournée de deux mois aux États-Unis. Quelques mois plus tard, il réalise son premier succès sur le plan international en remportant la Compétition de piano Alessandro Casagrande à Terni. Ce prix lui permettra de donner toute une série de concerts dans les centres de musique d’Italie, tels que Naples et Milan, au festival de Spoleto et d’autres au cours de l’année 1978.

Pogorelich attire encore plus l’attention du public musical mondial en 1980 en tant que lauréat de la 14e édition du prestigieux Concours international de piano de Montréal où il fait, lors de la finale, une interprétation spectaculaire du Troisième concerto pour piano de Sergueï Prokofiev. La même année, Pogorelich participe à la 10e édition du Concours international de piano Frédéric Chopin de Varsovie où, cependant, il est éliminé pour des raisons jamais bien explicitées avant la dernière étape de la compétition. Cette décision, controversée et non fondée, a provoqué le mécontentement d’une partie du jury qui a quitté la compétition en signe de protestation. La pianiste Martha Argerich décide elle aussi de se retirer en affirmant que Pogorelich est un génie. Cet événement, sans pareil dans l’histoire du concours de piano, a immédiatement fait écho dans l’opinion du public musical mondial qui a glorifié Ivo Pogorelich comme le véritable lauréat du Concours.

Au centre d’un intérêt énorme éveillé au Concours de Chopin par ses jeux extraordinaires, sa technique prodigieuse et son approche innovante dans l’interprétation du répertoire, Pogorelich est désormais reconnu comme pianiste aux capacités exceptionnelles et à l’esprit moderne. Sur invitation de nombreuses maisons de concert renommées, il commence un exercice intense de concerts en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et au Japon. Après son début à Carnegie Hall en 1981, suivent des concerts solos sensationnels sur des scènes musicales mondiales parmi les plus importantes, ainsi que des concerts avec des orchestres renommés tels que les philharmonies de Vienne, de Berlin, de New York et de Los Angeles, les orchestres symphoniques de Londres, de Boston et de Chicago, les orchestres Tonhalle et Concertgebouw et tant d’autres.

Parallèlement à ses engagements dans des concerts, Pogorelich se consacre à l’enregistrement en studio. Son premier album LP «Chopin – récital» qu’il réalise pour la maison discographique Deutsche Grammophon en 1981 devient très vite un bestseller et c’est à partir de l’année suivante que Pogorelich commence à enregistrer en continu pour cette maison de disques en tant que son artiste exclusif. La discographie très riche d’Ivo Pogorelich comprenant, jusqu’à aujourd’hui, quatorze albums et trois enregistrements vidéos avec des interprétations d’œuvres d’un diapason stylistique extrêmement varié, de la musique de compositeurs baroques à des auteurs du XXe siècle, reste unique pour la consistance du concept interprétatif de chacun de ses albums. Ces éditions exceptionnelles, d’une valeur anthologique et d’un statut culte dans la discographie de la musique classique, ont conquis jusqu’à nos jours un très grand nombre d’auditeurs dans le monde entier et demeurent dans l’offre des éditeurs au travers de nombreuses rééditions pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies, après les premières éditions.

Prenant soin du statut culte de l’artiste, Deutsche grammophon a publié en 2006 un double disque compact avec une compilation de ses interprétations intitulé « The genius of Pogorelich » et en 2015 une intégrale de tous les albums qu’Ivo Pogorelich avait réalisés pour cette maison de disques entre 1981 et 1998. Présentant un panorama sur l’exceptionnel opus discographique du pianiste, cette édition a reçu l’illustre prix français Diapason D’Or.

L’année suivante, en 2016, maître Pogorelich a réalisé de nouveaux enregistrements d’œuvres de Ludwig Van Beethoven en collaboration avec la plateforme de streaming Idagio devenant ainsi le premier musicien classique qui se soit tourné vers cette forme de production de haute qualité technologique et de distribution d’enregistrements musicaux.

Parallèlement à une pratique riche et variée présente sur les scènes mondiales en continu pendant plus de 40 ans, Ivo Pogorelich fait preuve d’un engagement social remarquable dans le champ du travail humanitaire et de l’aide aux jeunes artistes. C’est dans le but de soutenir la jeunesse musicale que Pogorelich crée en 1986 Le Fonds pour les jeunes musiciens dont le rôle est de financer leur perfectionnement professionnel à l’étranger. En 1989, il crée à Bad Vörishofen en Allemagne le Festival international de musique Ivo Pogorelich qui réalise pendant les neuf années de son existence sa mission d’aider un grand nombre de jeunes musiciens, ensembles et orchestres dans leur affirmation sur la scène internationale. Grâce à son engagement dans la promotion des plus hautes valeurs de la culture, de l’art et de l’éducation, dans le plus large contexte international, Pogorelich devient en 1988 le premier musicien classique du monde à recevoir le titre honoraire d’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO. En essayant de contribuer encore plus à l’établissement de critères professionnels et d’un système de valeurs plus élevés dans le domaine de l’art pianiste, Pogorelich initie en 1993 la création d’une compétition internationale de piano à Pasadena aux Etats-Unis. Ce concours unique, en quatre étapes, sans limite d’âge pour les participants, et avec un fonds de prix de 100 000 USD, sans égal jusqu’à aujourd’hui, a été conçu pour soutenir les lauréats en vue de leur développement professionnel en musiciens de concert du plus haut niveau.

Dans le même esprit et en continuité avec les fils conducteurs des manifestations à Bad Vörishofen et à Pasadena, on crée la Compétition internationale de musique Manhattan à la fin de l’année 2016, à Carnegie Hall à New York. En mémoire des efforts pionniers du grand pianiste, les fondateurs de la compétition nomment Ivo Pogorelich président d’honneur et donnent son nom au premier prix.

 

35200016-5

En soignant l’esprit de la tradition culturelle européenne à laquelle il appartient par son pianisme et par sa contribution artistique, maître Pogorelich diffuse des œuvres capitales du répertoire solo et de concert pour piano sur les scènes de l’Europe, de l’Amérique du Sud et du Nord et de l’Extrême Orient. Ces dernières années, son répertoire impressionnant, constamment enrichi de nouveaux ouvrages, se concentre sur de grands cycles pour piano de Schuman, Brahms, Debussy, Ravel, Rachmaninov et Stravinski, ainsi que sur des concerts de Chopin, Schuman et Rachmaninov dont l’interprétation est déjà suivie avec grand intérêt et suscite les réactions positives du public et des critiques.

Pendant la saison 2018/2019 où maître Pogorelich a célèbre ses 60 ans et ses 40 ans de carrière, la télévision nationale japonaise NHK a réalisé un film documentaire consacré au pianiste culte, enregistré dans les localités historiques de la ville de Nara qui célèbre, elle, ses 20 ans de présence dans la liste du Patrimoine mondiale de l’UNESCO.

En même temps, à l’occasion de ses 120 ans, la maison discographique Deutsche grammophon a publié en 2018 une intégrale grandiose de 120 albums anthologiques dont celui de Pogorelich avec ses interprétations des œuvres de Prokofiev et de Ravel.

En août 2019, Ivo Pogorelich a sorti son premier enregistrement en studio en 20 ans pour le label Sony Classical. L’album comprend deux sonates de Ludwig van Beethoven – n ° 22, op. 54, et n ° 24, op. 78, et la deuxième sonate pour piano op. De Sergei Rachmaninov. 36. Maestro Pogorelich a choisi ces œuvres pour explorer l’influence profonde des techniques de composition révolutionnaires de Beethoven sur une génération ultérieure de compositeurs⁠.

Au cours de cette saison, l’activité de concert du maître Pogorelich comprend une tournée solo en Extrême Orient (Chine, Taiwan et Japon), ainsi qu’un grand nombre d’autres concerts et projets sur les scènes européennes où il l’interprétera programme de récital entièrement consacré à la musique de Frédéric Chopin.

Actuellement,  Ivo Pogorelich prépare ses prochains enregistrements en studio pour le label Sony Classical.

Seulement en anglais